Culture de base en SR

A propos de cette formation

Modalités :

Ce parcours est destiné à tous les acteurs locaux de sécurité routière qui interviennent en établissement scolaire (équipes éducatives, personnels d’encadrement, intervenants extérieurs).

Temps nécessaire : environ 3 heures pour suivre le parcours intégralement

Objectifs : acquérir des connaissances minimales de sécurité routière afin de préparer des élèves, organiser une action de prévention et avant de suivre une formation de sécurité routière en présentiel.

Le parcours est composé de modules qui peuvent être étudiés dans leur ensemble ou séparément.

Une question ? Un suivi ? Contactez les formateurs ...

Ces modules peuvent être précisés en présentiel dans le cadre d’une réunion annuelle des référents d’établissement.

Petite histoire de l’éducation à la sécurité routière

L’histoire de l’éducation à la sécurité routière montre la volonté des pouvoirs publics et de la société dans leur recherche de solutions pour résoudre l’accidentalité routière. En novembre 2012, le gouvernement s’est fixé l’objectif de réduire à moins de 2000 décès sur la route en 2020... Débuter le module.

Haut de page


De la sécurité routière vers la mobilité citoyenne

Sur le chemin de l’école, l’élève n’est pas sous la responsabilité de l’école. Pour autant les compétences que celui-ci a acquises sur le temps scolaire doivent lui permettre d’agir en citoyen soucieux de privilégier les bons comportements en matière de déplacements. Débuter le module.

Haut de page


L’enjeu "jeunes"

Les jeunes de 15 à 24 ans représentent presque 25% des tués et plus de 33% des blessés graves alors que ce groupe ne correspond qu’à 15% de la population ... Les jeunes sont un enjeu pour la sécurité routière.
Débuter le module.

Haut de page


Comprendre un accident

Un accident n’a pas une seule cause mais résulte de nombreux facteurs qu’il faut connaître et analyser.
Les conséquences de l’accident sont tout aussi multiples. Débuter le module.

Haut de page


Le sur-risque masculin

Ce n’est pas seulement parce que les hommes parcourent plus de kilomètres que les femmes qu’ils sont les victimes les plus nombreuses de l’insécurité routière.
L’importance du nombre de kilomètres que les hommes parcourent comme conducteurs, c’est à dire leur exposition au risque, ne suffit pas à expliquer leur sur représentation dans la sinistralité routière.Débuter le module.

Haut de page


Les capacités diminuent avec l’âge

Avec l’âge, chacun connait une diminution de ses capacités (vue, ouïe, réflexes, motricité, prises de médicaments…) qui entraîne une modification du comportement, et qui altère la conduite. Débuter le module.

Haut de page


Qui peut agir en matière d’éducation routière ?

Près de 17000 personnes meurent sur les routes en 1972. C’est à partir de ce pic de mortalité routière que L’État met véritablement en place des dispositifs et une politique nationale de lutte contre l’insécurité routière. Aujourd’hui, l’éducation à la prévention du risque routier constitue un des axes essentiels de la lutte contre l’insécurité routière. Cette éducation à la sécurité routière ne concerne évidemment pas que l’École : il s’agit d’une véritable co-éducation.
Débuter le module.

Haut de page