Les capacités diminuent avec l’âge

Avec l’âge, chacun connait une diminution de ses capacités (vue, ouïe, réflexes, motricité, prises de médicaments…) qui entraînent une modification du comportement, et qui altèrent la conduite.

Qui appelle-t-on personnes âgées ?

La sécurité routière en France distingue, au plan statistique, le 3ème âge (65/74 ans) et le quatrième âge ( 75 ans et plus). Les différences d’accidentalité entre ces deux tranches d’âge peuvent être importantes.

Avec l’âge, les capacités visuelles qui fournissent 90% des informations pour conduire (sensibilité à l’éblouissement, perception des vitesses et des distances…), l’audition (informations sonores), les réflexes, toutes ces capacités sont diminuées et ceci de façon accentuée à partir de 75 ans.

D’ailleurs, Les personnes âgées sont majoritairement perçues par la population comme dangereuses au volant.

En cas d’accident, la proportion de blessures graves et de décès est plus forte chez les personnes de plus de 65 ans (fragilité physiologique)
A noter que les seniors meurent beaucoup plus d‘accidents de la vie courante que d’accidents de la route.

Haut de page


Visite médicale ou non ?

Les pouvoirs publics français n’envisagent pas une visite médicale pour les personnes âgées. Tous les pays qui l’ont mise en place le reconnaissent : une simple visite chez un généraliste n’est pas suffisante. Ce n’est pas la visite médicale qui fait la sécurité routière, mais la forme physique et l’état de santé des personnes âgées, leur sensibilisation au risque routier et leur comportement, le rôle de la famille, des médecins, des aménageurs….

Plutôt que d’envisager une visite médicale systématique, il est préférable d’essayer de repérer la fragilisation, la baisse des capacités d’adaptation chez les personnes âgées et de les aider à prendre en compte cette évolution. Le rôle du médecin traitant est évidemment important vis-à-vis de la prise de conscience de la diminution des capacités à la conduite des seniors.

Haut de page


Faut-il interdire ou non la conduite à partir d’un certain âge ?

On observe qu’interdire la conduite entraine des conséquences négatives : augmentation des accidents de piétons et de cyclistes, perte de mobilité et de lien social…En effet la conduite est très importante pour les personnes âgées (vie économique et vie sociale). Leurs trajets sont souvent des trajets de proximité. Les personnes âgées craignent beaucoup de ne plus pouvoir conduire et cherchent souvent à améliorer leur connaissance du code de la route.

Haut de page


Des piétons de plus en plus "vulnérables"

En tant que piétons, les personnes âgées sont de plus en plus vulnérables au fur et à mesure de leur avancée en âge (mauvaise évaluation des distances et de la vitesse des véhicules, perception auditive diminuée).
Pour les piétons, on enregistre davantage d’accidents graves quand la luminosité baisse (hiver, fin de journée…)
En 2012, les personnes de plus de 75 ans qui sont mortes sur la route l’ont été pour 41% en tant que piétons, pour 40% en tant que conducteurs et pour 19% en tant que passagers.

Les minutes de sécurité routière « C’est pas sorcier ! »

Haut de page


Conseils pour les personnes âgées

  • Avoir un suivi médical régulier (contrôle de la vue, de l’ouïe…)
  • Eviter la conduite de nuit, quand la visibilité est insuffisante, quand la météo est difficile
  • Choisir des itinéraires ne présentant pas de difficultés
  • Utiliser le plus possible les transports en commun

Haut de page